CP : début de la galère

Publié le par martin-a-dys.over-blog.com

septembre 2004

 A l'entrée en CP, Martin a eu la même instit qu'en grande section ; elle le connaissait donc déjà et ne fut pas surprise de son attitude qui ne changeait pas d'un pouce.

Mais pour l'année scolaire où l'on commence à copier de petit texte, ou à coller des photocopies pour apprendre une leçon ou une poésie, c'était un peu plus ennuyeux.

Heureusement en CP, l'apprentissage des sons se fait beaucoup avec des petits textes polycopiés, des étiquettes de sons ou de mots que l'on manipule... mais encore faut il coller ses feuilles et découper ses étiquettes ; choses qui étaient souvent au final réaliser par l'enseignante ou les copains de classes.

 

Les encouragements, les punitions, le marchandage (si tu fais cela, je te donnerai ceci ou tu n'auras pas cela...)... rien n'y faisait.

Mais paradoxalement, Martin était un excellent élève qui comprenait trés vite, avait une excellente mémoire, participait trés bien à la classe à l'oral et est entré dans le processus de lecture sans aucune difficulté.

Et malgré l'absence d'écrit (ou une trés pauvre production écrite mais illisible et inutilisable), ses performances oral lui ont toujours permis de passer en classe supérieure sans difficultés.

 

Fort heureusement, et je sais combien cela aurait pu ne pas être le cas dans toutes les écoles, les instits de Martin en primaire avaient conscience que le redoublement sera inutile chez lui puisque les connaissances étaient acquises. Seul le rendu écrit faisait défaut...

Publié dans Parcours

Commenter cet article