Retard en anglais

Publié le par martin-a-dys.over-blog.com

Martin a des difficultés en anglais...et pas des moindres, et ce dés le début de la 6ème.

Difficile pour moi de comprendre ce qu'il se passe. Martin avait bénéficier d'initiation à l'anglais en primaire (déjà dés le CP) et il y mettait vraiment beaucoup de coeur. Il avait d'ailleurs un accent "so british" ! C'était trés amusant de l'entendre trés bien prononcer les mots appris.

Mais dés la 6ème, Martin nous dit détester l'anglais. Il semble ne pas accrocher avec son professeur et dit de toute façon ne pas aimer l'anglais...???

Les résultats en 6ème resteront catastrophique en anglais. Et malgré ma volonté de vouloir aider Martin dans cette matière, il n'y a aucun entrain, et ses leçons étant peu ou mal copiées, elles resteront inutilisables à la maison.

 

Cette année en 5ème, Martin m'annonce que "le prof d'anglais est super !... mais je suis toujours aussi nul...".

Il m'explique de lui même avoir conscience qu'il a beaucoup de retard à rattrapper, et cela lui semble impossible.

Je lui assure que s'il a conscience de cela, c'est déjà beaucoup !

Il semble désireux de réussir, mais semble dépasser par la tâche...

 

Je vais l'aider du mieux que je peux, mais je vais avoir besoin d'aide, de méthode, de ses leçons écrites pour les reprendre à la maison... ça me fera réviser aussi d'ailleurs !

 

Nous passons un accord Martin et moi : si sa moyenne atteint 10 au premier trimestre, il aura un super cadeau qu'il désire beaucoup depuis quelques temps... mais chut !!!! ........surprise........... Vous le saurez le moment venu....

Publié dans Au quotidien

Commenter cet article

isabelle deghelt 28/10/2010 07:05


toujours la même maman...

merci de vos compliments et encouragements pour mon fils. il a juste la chance sans en être une d'avoir été descolarisé suite à phobie scolaire liée à sa dyspraxie et rescolarisé dans une école
hors contrat qui pratiquait un enseignement accéléré d'où son avance. il est également intellectuellement précoce, ce qui aide un peu pour sa capacité de concentration.

je vous avais préparé une réponse encore plus longue mais je vais résumer à nos petits secrets qui à mon sens sont le fondement de notre première étape. on s'en est pas trop mal sortis.

au collège, j'ai supprimé certains cours pour que mon fils puisse utiliser les plages horaires correspondantes pour sa rééducation et ses cours particuliers.

matières supprimées : seconde langue, physique chimie, svt, histoire géo.

cours suivis :
- maths 8 heures par semaine en plus des 8 heures de cours au collège
- anglais 1 heure 30 par semaine en plus des 5 heures au collège.

je me félicite de ce choix car il est extrêmement difficile de rattraper les maths, et laborieux de rattraper en première langue où il faut avoir un vocabulaire extrêmement riche et précis pour le
bac.

à savoir que :
au lycée, les programmes des matières que j'ai supprimées hors mis seconde langue, ne sont pas la continuité du collège.
la sélection pour le passage en première ne se fait que sur les maths car physique chimie svt sont basés à 80% sur les maths (volumes etc..)

à mon sens, pour nos enfants, le collège doit être la préparation au lycée... pas au brevet.
supprimer les matières "inutiles" a permis de ne pas épuiser mon fils, et pouvoir le booster sur les matières qui sont sélectives pour le passage en première "s" si possible car on dit que les
dyspraxiques sont littéraires... oui mais, avec leur handicap, ils ne peuvent pas développer leurs idées à l'écrit même avec un tiers temps qui est fatiguant, même avec un logiciel de dictée vocale
qui est perturbant (mon fils a mis parfaitement au point le sien mais il perd le fil de ses idées lorsqu'il dicte).

pour supprimer toutes ces matières, j'ai expliqué à l'enseignant référent que j'avais besoin des heures pour des cours particuliers de maths et les rééducations, et elle a validé.

jamais mon fils n'aurait atteint le stade de la seconde si nous avions procédé autrement. il aurait été trop épuisé surtout en faisant le collège en 2 ans au lieu de 4.
peut-être cela aurait-il été différent s'il avait maîtrisé la frappe ordinateur.

concernant ma petite pierre pour aider à faire avancer les choses, je ne fais vraiment rien. j'ai juste dénoncé au ministère l'école qui a refusé de prendre en compte la dyspraxie de mon fils, j'ai
fait le ramdam auprès de l'académie de bordeaux et ai changé d'académie. depuis, je sais que des journées d'information sur les "dys" sont organisées. c'est toujours ça.

mais en effet, quand j'ai besoin de quelque chose, je téléphone au ministère et je râle auprès de qui veut m'entendre. je signe aussi les pétitions. quand on obtient satisfaction, on crée un
précédent. plus nous sommes à expliquer les problèmes et plus les choses avancent je crois. votre blog est extrêmement utile. mais c'est dommage que les personnes qui le consultent restent
spectateurs.

je vous souhaite en tous cas tout ce qu'on peut souhaiter à une maman de dyspraxique : du courage, de la persévérance, du temps, de l'aide et des moyens matériels.

voici un lien qui vous intéressera sûrement :
http://dysmoi.over-blog.com/article-dyspraxie-mention-assez-bien-au-bac-53709913.html

j'y ai vu des documents et articles très intéressants en liens dans la colonne de droite y compris un texte sous world en présentation adaptée aux dyspraxiques. ce sont des méthodes que j'employais
pour présenter les cours d'anglais à mon fils avec des variantes qui lui étaient propres. c'était très efficace.

bon courage et à bientot.

je vais essayer de penser à aller sur votre blog de temps en temps.


isabelle deghelt 26/10/2010 23:04


toujours la maman du petit dyspraxique de 13 ans qui est en seconde et qui a aussi été en difficulté pour les mêmes raisons que martin.
j'ai trouvé la solution en prenant 1 fois par semaine 90 mn de cours particuliers avec le prof d'anglais qui récapitulait tout le vocabulaire de la semaine. j'accompagnais mon fils au cours. je
notais tout le vocabulaire, emplois idiomatiques etc... avec traduction. je tapais ensuite le cours sous la direction "artistique" de mon fils. couleurs différentes selon si texte en anglais ou en
français, couleurs différentes pour mise en valeur de chaque ligne de texte. interlignes simples ou doubles selon ses prescriptions.
encore maintenant lorsqu'il a du vocabulaire à apprendre, je lui répète plusieurs fois chaque mot avec sa traduction, l'orthographe. nous trouvons les racines, des spécificités lui permettant de
mieux retenir.
c'est énormément de soutien. je connais une autre maman dont le fils dyspraxique est très autonome. ce n'est pas le cas de mon petit loulou qui est extrêmement débrouillard pour une foule de chose
et se retrouve complètement inerte lorsqu'il s'agit de retrouver un cours pour le réviser.
il a suivi un enseignement accéléré après avoir été descolarisé ... phobie scolaire... mais depuis le début du collège, ses résultats ne sont que le fruit me semble-t-il de son extrême
persévérance, et de nombreux cours particuliers. ces cours sont centrés essentiellement sur la pratique. nous lui créons de cette manières des automatismes et une avance sur le programme qui
pallient à d'éventuelles incompréhension d'énoncées par exemple (en maths physique chimie).
c'est notre petite expérience. avec mon fils, il n'y a que comme cela que cela fonctionne. et cela représente en moyenne 2 heures de cours particuliers par jour avec révision générale le samedi
matin. c'est un énorme budget mais 50% sont déductibles des impôts. tout n'est pas récupérable puisque le montant récupérable est plafonné, mais c'est toujours ça de moins à payer.
concernant l'anglais en particulier, la pratique de la langue avec des natifs l'a énormément aidé. bien plus facile qu'en classe pour apprendre le vocabulaire. mon fils a appris à compter en inde
lorsqu'il m'entendait négocier les prix. être obligé à l'étranger de s'exprimer en anglais ne le met pas à niveau d'une prépa à sciences po, mais ça l'aidera je pense à assez bien se débrouiller
pour pallier à ses manques.
il y a aussi des logiciels basés sur la conversation anglaise qui sont assez ludiques.
les conférences de steve jobs le font également beaucoup progresser. elles sont sur le site apple.
bon courage en tous cas. dans le lycée de mon fils, il est le plus jeune et aussi le premier dyspraxique à y être scolarisé. cela laisse supposer qu'ils ne sont pas nombreux à passer en second
cycle et encore moins à fréquenter l'université.
mon fils voudrait prouver aux autres dyspraxiques que l'on peut souffrir de ce handicap et passer son bac "S" à 15 ans. je ne sais pas si nous y arriverons. c'est en tous cas un challenge de chaque
instant.
si je peux vous être utile en quoi que ce soit. n'hésitez pas... je crois que je recevrais un email d'alerte.


martin-a-dys.over-blog.com 27/10/2010 20:56



merci beaucoup pour votre message et votre témoignage ! Martin a 12ans1/2 à ce jour.


Votre fils est en 2nd à 13 ans ?! wouah ! Je ne peux que dire bravo, et lui souhaiter plein de bonne chose pour la suite.


Pour les difficultés en anglais, j'ai bien pensé au cours particulier ; je crois que ce serais la meilleure solution. J'ai aussi pensé à demander à être plus présente pour les cours, l'aider dans
ses notes, etc... mais difficile à mettre en place entre les possibilités du collège et les miennes qui travaille par ailleurs... Je reste persuadé qu'une toute petite aide et un peu plus de
compréhension et de bonne volonté de la part des professeurs y ferait beaucoup. Je vais m'y atteler dés la rentrée prochaine...


Nous allons aussi creuser l'idée d'échange linguistique avec un élève anglais du même âge, Martin est demandeur.


Mais il faut tout de même se réjouir car, malgré les difficultés rencontrés (pour notre part en tout cas), je peux observer tout de même de gros progrès de pris en charge des enfants "pas comme
les autres" dans les écoles dites "normales".


Et je reste persuadé que c'est aussi un peu grâce à des parents comme vous. Un grand merci !



christelle 14/10/2010 09:16


la surprise emet elle des sons ? ;)


martin-a-dys.over-blog.com 14/10/2010 17:02



non plus ! enfin... si, il y a forcément du bruit, mais ce n'est ni un instrument de musique ni un appareil pour écouter de la musique.



christelle 13/10/2010 16:03


est ce que la surprise à des poils ?


martin-a-dys.over-blog.com 13/10/2010 18:10



et bien non ! raté ! la surprise n'a pas de poils ! De ce côté là, nous avons déjà 2 gros chiens et un chat à la maison !!