Piège à éviter : surtout ne pas relacher

Publié le par martin-a-dys.over-blog.com

Mars 2010

Fort des résultats du premier trimestre, Martin semblait libéré. Un petit bonhomme était né, un garçon comme les autres, un collégien fier de son travail et bien dans sa peau, qui a mes yeux semblait grandir à vue d'oeil.

 

Mais il y avait un piège... et nous sommes tous tombés dedans. Tous : nous ses parents, mais aussi ses professeurs.

 

Le second trimestre semblait se dérouler pour le mieux. J'avais cependant expliqué à Martin qu'il fallait s'attendre à des résultats un peu en deça : le rythme des cours allait s'accélérer, des choses nouvelles et plus difficles allaient être abordées....

Mais Martin ne semblait pas débordé. Et c'est tout naturellement qu'à la maison, la "surveillance" se faisait moins importante, je relachais les rênes petit à petit.

 

 En apparence, il semblait bien gérer ses devoirs et ne rencontrait pas de difficultés.

 

En apparence...

 

A la fin du 2ème trimestre, un certains nombre d'incidents étaient réapparus : mauvaises notes pour des leçons non sus, pénalités de points pour retard de devoirs, punitions pour absence de travail à la maison, sacs de sport égarés, pertes ou oublis de papier d'information à nous transmettre...

Le conseil de classe fut sans appel : Martin perdit son tableau d'honneur, gardait toutefois les félicitations mais avec mise en garde pour la suite, il fallait se ressaisir.

 

J'avais remarqué depuis quelques temps un changement de comportement chez Martin mais sans être franc. Peut être un peu moins sûr de lui, peut être moins ouvert, peut être plus soucieux ? Fatigué ?

Mais pour le coup, le doute n'était plus permis. Je me rendais compte que j'avais un peu trop relâché les rênes, et les conséquences étaient là.

Je faisais confiance à Martin quand il me disait avoir fait ses devoirs, mais en fait il ne se rappelait même pas ce qu'il avait fait ou pas, et ne savait pas parfois ce qu'il devait faire, mais n'avait pas les moyens de dire lui même "je ne sais pas, je ne sais plus..."

Je voyais aussi que les professeurs en avaient certainement fait de même, voyant les résultats de Martin : l'agenda n'était plus vérifié sinon les devoirs ne seraient pas oubliés d'être notés et donc d'être faits. Il était devenu à leurs yeux un "élève comme un autre", et jugeait bon de le punir pour un devoir non rendu, sans chercher à savoir pourquoi...

 

Inconsciemment, Martin se sentait à nouveau comme livré à lui même, sans savoir quoi faire pour inverser la machine.

C'est là que ses professeurs ont pris réellement conscience de la nécessité de la mise en place de l'équipe pédagogique et de tous les "petits trucs" du quotidien pour accompagner et aider Martin.

 

Plutot que de perdre un temps précieux pour convoquer toute l'équipe pédagogique avec l'enseignante référente (ça ne se fait pas sans délais), j'ai directement pris contact avec le collège et surtout la professeur principal pour expliquer la nécessité de reprendre les rênes et d'être vigilant.

Elle me dit qu'elle avait senti cela et avait déjà alerté ses collègues lors du conseil de classe du 2ème trimestre. Martin semble être un élève comme les autres, mais c'est souvent un leurre, une image qu'il donne (pas forcément volontairement) et à laquelle il ne faut pas se fier.

Martin était en train de nous échapper et il fallait vite le rattraper.

 

L'année scolaire s'est terminée avec 13 de moyenne générale. Le passage en 5ème n'a fait aucun doute. Masi la vigilance doit et devra toujours être de mise.

Publié dans Parcours

Commenter cet article