Bilan de la Ritaline

Publié le par martin-a-dys.over-blog.com

JUIN 2010

Martin est sous Ritaline depuis la rentrée scolaire 2009.

Sa trés bonne adaptation au collège et ses bons résultats scolaires nous force à penser que la  Ritaline y est pour beaucoup.

Mais cela tient peut être aussi au fait que Martin a grandit, a murit, a retrouvé un peu d'anonyma dans le collège...

 

Difficile d'attribuer les bénéfices a l'une ou l'autre raison...les 2 sont trés certainement tout aussi valables.

 

Fin Mars 2010 (courant de la 6ème), nous avons eu l'occasion de revoir le neuropédiatre de Belgique qui avait prescrit le traitement par Ritaline. Il est trés content des résultats de Martin.

Dés l'instauration du traitement, il avait d'abord été question de laisser la posologie au minimum jusque Noel, puis d'augmenter les doses pour passer à une forme retard (une seule prise le matin).

Mais devant les trés bons résultats scolaires avec de petites doses de Ritaline, le neuropédiatre préférait rester à ses petites doses puisqu'elles semblaient suffir.

 

Lors de cette consultation de mars, le neuropédiatre nous explique qu'il est possible que la Ritaline à des doses aussi minimes n'ai pu servir que de starter, de démareur, et qu'il est possible qu'il n'en ai plus tant besoin.

 

Ses consignes sont alors les suivantes : continuer de suspendre la prise de Ritaline les week-end et les petites vacances scolaires, arrêter totalement le traitement début juillet lors des congés d'été, et ne pas reprendre le traitement à la rentrée, pour effectuer la rentrée en 5ème sans traitement;

Mais faire impérativement un bilan dans les premières  semaines après la rentrée de 5ème, pour ne pas tarder à reprendre le traitement si nécessaire.

Martin entend ces consignes et nous dit qu'il est d'accord.

Plus tard, j'en reparlerai à plusieurs reprises avec Martin. Je lui demande ce qu'il pense du traitement (l'arrêter ou le poursuivre), et me dit que ça ira en 5ème, il pense pouvoir y arriver.

 

Je tate un peu le terrain avec lui car j'ai un peu peur qu'il se croit obligé d'arrêter le traitement, ou bien qu'il désire plus être comme les autres "sans traitement" plutôt que de cultiver sa différence en passant tous les jours par l'infirmerie du collège pour aller prendre son cachet....

Ca ne semble pas être le cas.

 

Nous verrons donc à la rentrée...

 

Publié dans Parcours

Commenter cet article