Aider tout en laissant faire

Publié le par martin-a-dys.over-blog.com

Qu'il est parfois difficile de faire grandir ses enfants, leur apprendre le quotidien, les mener vers l'autonomie au fil des années...

On voudrait les faire grandir, et paradoxalement, les parents (surtout les mamans !) gardent toujours un peu l'envie de cocooner leur enfant, sous prétexte de les aider.

 

Mais quand l'enfant en question est atteint d'une affection ou d'une maladie particulière, on se croit devoir porter bien plus d'attention encore...à tort ou à raison...

 

Pour Martin, pas un jour ne passe sans qu'il soit nécessaire de repasser derrière lui ou vérifier telle ou telle chose. C'est directement lié aux troubles de la concentration et d'organisation.

Mais toujours faire à sa place n'est pas fait pour aider ; lui montrer comment faire en faisant avec lui ne porte pas les fruits attendus.

Et le laisser faire en se disant "il sera bien obligé de s'y mettre un jour" n'a jamais donné que des situations où Martin se sent complètement paumé, catastrophé... sans qu'il soit capapble de ne pas reproduire la même situation pour ne plus la revivre.

 

Tous les matins, Martin perd un temps fou à rassembler ses affaires pour être prêt à partir : cherche ses chassures, ne trouve plus son manteau, a oublié son agenda sur son bureau, remet le même pull que la veille (pour le 6ème jour consécutif !!!), oubli son sac de sport... la liste est longue...

 

Au début de son entrée au collège, je l'aidais à préparer son sac pour le lendemain. Pour petit à petit le laisser faire seul jusqu'à ne plus superviser. Mais dés qu'on lâche un peu les rènes, le désordre et la désorganisation sont de retour.

 

Et les consignes au quotidien sont toujours les mêmes : toujours ranger ses affaires au même endroit pour être certain de les retrouver quand on en a besoin : les chaussures (ou les chaussons) au garage, le manteau dans la penderie, les livres et les cahiers dans le sac ou dans le casier correspondant du bureau, les devoirs toujours rangés dés qu'ils sont terminés....

Au lieu de ça, les chaussures sont toujours otées dans des endroits aussi divers que bizarres (la chambre, la salle de bains, la voiture, l'atelir de papa, devant la télé... pas commode pour les retrouver le lendemain !), le manteau est au choix par terre dans la chambre, jeté dans l'entrée ou même parfois carrément oublié à l'école, les casiers classés par matière de son bureau sont souvent vides (les cours ne sont même pas sur le bureau mais éparpillés sur le sol...), et il n'est pas rare de retrouver un devoir oublié sur la table du salon, faute d'avoir été rangé la veille une fois le devoir terminé...

 

J'entend souvent certains me dire : mais c'est normal, c'est un garçon, tous les garçons sont comme ça !!!

Je suis d'accord... dans une certaine mesure !

Les garçons sont certes connus pour leur côté un peu... comment dire.... "bordélique" ? si, si,un peu quand même... mais cela va souvent de paire avec une attitude un peu nonchalente, ayant parfaitement conscience de la situation mais s'en accomodant trés bien.

Ce qui n'est pas le cas de Martin. je ne compte pas les crises de larmes désespérées après avoir perdu des points pour retard d'un devoir à rendre (le devoir fini attend dans le salon !), les paniques du matin à la recherche du livre qu'il est certain avoir mis dans le sac la veille (qu'il dit). Et cette fois où il est allé à l'école en chaussons, ne trouvant plus ses chaussures, avec les moqueries des camarades de classe qui vont avec...

 

Ce que j'ai le plus de mal à gérer dans cela avec Martin, c'est qu'il n'admet pas que c'est ce manque d'organisation qui le pénalise. Et je pense vraiment qu'on ne pourra pas avancer tant qu'il n'aura pas conscience de cela.

 

A l'entendre, tout ce qu'on peut lui dire est mensonge ou pure invention de notre part.

- Mais non, le pull que je porte sort de mon armoire ce matin ! j'en avais un autre hier. Bizarre, il me semble voir la trace d'un ravioli du repas de la veille ! Et puis c'est bien moi qui fait les lessives ! Je vois bien que sa pile de linge propre n'est jamais trés grosse !

- Où tu as mis mon blouson ? Je n'y ai pas touché. Mais si, je l'avais mis dans l'entrée et il n'y est plus ! Non Martin, il est par terre dans ta chambre, là où tu l'as mis hier en rentrant.

Une porte laissée grande ouverte derrière lui s'est forcément réouverte toute seule puisqu'il est certain l'avoir fermé !

 

Imaginez dans ce contexte la galère que peut être la gestion d'un trousseau de clefs de la maison ou de sa carte de bus ! Trés souvent, je lui fais ranger ses clefs DANS son sac, comme sa carte de bus. Mais sans moi, c'est toujours autour du cou toute la journée, posé sur le siège du bus et donc oubliés, jetés sur le bureau et enterrés sous les livres.... et que de temps perdu à les rechercher....

Publié dans Au quotidien

Commenter cet article